Pages Navigation Menu

L’Ombudsman du Burundi, Hon. Edouard NDUWIMANA, souhaite un partenariat AOMA-OICOA

L’Ombudsman du Burundi, Hon. Edouard NDUWIMANA, souhaite un partenariat AOMA-OICOA

La Conférence de l’Association des Ombudsmans de la Coopération Islamique (OICOA) qui a tenu son Assemblée Générale au Soudan a vu la participation de plusieurs pays membres et autres invités. Son Excellence l’Ombudsman de la République, Hon. Edouard NDUWIMANA, a été invité à prendre part ces assises en sa qualité de Président de l’Association des Ombudsmans et Médiateurs Africains (AOMA).

Au cours de cette Conférence, les Ombudsmans et Médiateurs ont fait savoir que leurs Institutions constituent des véritables ponts de liaisons entre l’administration et les citoyens. Dans leurs échanges, ils ont été unanimes sur les possibilités de lever leurs voies fortement et sérieusement pour agir et défendre les personnes opprimées. Ils également  échangé sur la nécessité de se regrouper en Associations en vue de faire face aux défis auxquels leurs institutions font face.

Les différents orateurs ont convergé sur la l’impérieuse nécessité de consolider les Institutions d’Ombudsmans, considérées aujourd’hui comme dernier espoir et recours pour les citoyens. Ils ont regrettent qu’il y a des gens qui confondent l’Islam au terrorisme tout en oubliant que l’Islam c’est la paix, la justice pour tous, l’écoute du prochain, la transparence, la liberté, le respect de la personne humaine, etc.

S’adressant à l’assemblée, Son Excellence l’Ombudsman de la République, Hon. Edouard NDUWIMANA, a exprimé sa profonde gratitude à l’endroit de l’Ombudsman du Soudan qui a voulu que le Burundi soit représenté à ces assises.

Son Excellence l’Ombudsman de la République a fait savoir que la présence de ces Ombudsmans à cette Conférence est un signet éloquent de leur attachement aux valeurs universelle auxquelles le monde aspire, aujourd’hui plus qu’hier, à savoir : la paix, l’unité, l’amour mutuel, la tolérance et la solidarité internationale, des valeurs sans lesquelles le développement intégral et durable de la personne humaine ne serait qu’un mirage.

Son Excellence l’Ombudsman de la République a indiqué qu’il est heureux de prendre part à la Conférence regroupant les pays musulmans d’autant plus que, les pays musulmans et l’Islam en particulier restent l’origine des Institutions de médiation.  « Depuis le 7ème siècle, du temps du 2ème Calife des musulmans, Omar Ibn Khatwab, les protecteurs des citoyens existaient déjà sous l’appellation de Diwan Al Madhwalim ou Bureau des doléances. Ceci montre le lien ombilical entre nos missions et celles prêchées par l’Islam. Votre organisation doit être le porte-flambeau   de la cause musulmane. L’Islam c’est la paix, l’Islam c’est l’amour, l’Islam n’est pas anti-christ et l’Islam n’est pas le terrorisme », a dit Son Excellence l’Ombudsman de la République.

Et d’ajouter que l’Organisation Islamique des Ombudsmans  doit être le porte flambeau pour défendre les valeurs culturelles et religieuses de l’Islam dans la mesure où  la destruction d’un pays commence par la destruction de sa culture. Ce qui se constate aujourd’hui, a-t-il ajouté, c’est qu’il y a des organisations qui s’appellent des superpuissances qui veulent détruire nos pays  en rendant à néant nos cultures, nos valeurs et nos liens de solidarité.  « Votre organisation d’Ombudsmans et Médiateurs doit être le porte flambeau de protection de ces valeurs de l’Islam. A ce niveau nous voudrions vous témoigner de l’appui de l’Association des Ombudsmans et Médiateurs Africains. Nous sommes à vos côtés pour défendre les valeurs de l’Islam », a-t-il martelé.

Par ailleurs, Son Excellence l’Ombudsman de la République, Hon. Edouard NDUWIMANA, a fait savoir que des efforts inlassables sont en train d’être conjugués au sein de l’Association des Ombudsmans et Médiateurs Africains (AOMA) en vue de consolider la dynamique de paix et faire du continent Africain un véritable havre de paix. Pour l’Ombudsman du Burundi et Président en exercice de l’AOMA, leur ambition est d’élever cette association au rang des organisations les plus actives dans la recherche et la consolidation de la paix en Afrique et dans le monde.

Parlant du Burundi, Son Excellence l’Ombudsman de la République a souligné que l’Institution de l’Ombudsman n’est pas vielle. Elle a été mise en place après les Accords d’Arusha signés le 28 août 2000, lesquelles Accords ont permis aux burundais de retrouver la paix. Aujourd’hui, nous savourons les dividendes de cette paix et nous remercions tous les pays qui ont contribué pour que nous retrouvions cette paix, a-t-il ajouté.

Avant de clôture son discours, Son Excellence, l’Ombudsman de la République, a demandé qu’il y ait un partenariat entre l’Association des Ombudsmans et Médiateurs Africains « AOMA » et l’Association des Ombudsmans de la Coopération Islamique (OICOA).

En marge de cette Conférence, Son Excellence l’Ombudsman de la République, Hon. Edouard NDUWIMANA,  a eu l’occasion de rencontrer d’autres Ombudsmans présents, dont l’Ombudsman de la Turquie, du Niger et du Malawi, pour discuter sur diverses questions d’intérêt de leurs Institutions. Avec l’Ombudsman de la Turquie, ils ont échangé sur la coopération entre les deux institutions. L’Ombudsman de la Turquie a promis très récemment de commencer à accueillir certains Cadres et Agents de l’Institution de l’Ombudsman du Burundi pour les stages de renforcement des capacités.

Au cours de son séjour à Khartoum, Son Excellence l’Ombudsman de la République, Hon. Edouard NDUWIMANA, en a  profité pour rencontrer les étudiants burundais qui étudient à l’Université Internationale d’Afrique au Soudan, une très grande Université qui accueille plus de 17.000 étudiants.

Les échanges entre ces derniers ont tourné sur les questions relatives aux conditions de vie de ces étudiants, qui, d’après eux sont très bonne à Khartoum. Son Excellence l’Ombudsman de la République leur a  exposé la situation sociopolitique qui règne actuellement au Burundi. Toujours à cette Université, Son Excellence l’Ombudsman de la République a également rencontré les responsables de cette Université.

Ces derniers ont promis d’augmenter le nombre d’étudiants burundais qui sont accueillis à cette Institution à partir de l’année prochaine.

Juma RUKUMBI