Pages Navigation Menu

Une nouvelle session du dialogue inter burundais au mois d’Octobre

Le Facilitateur du Dialogue inter burundais, l’Ancien Président Tanzanien, Benjamin William MKAPA envisage convoquer une session à l’intention des politiciens burundais au mois d’octobre. L’annonce a été faite par Son Excellence l’Ombudsman du Burundi, Hon. Edouard Nduwimana, lors d’un point de presse qu’il a animé à l’Aéroport International de Bujumbura quand il rentrait de la Tanzanie.
Son Excellence l’Ombudsman du Burundi a fait savoir qu’il avait répondu à l’invitation du Facilitateur dans le dialogue inter burundais Benjamin William Mkapa.
Son Excellence Edouard Nduwimana a indiqué qu’il venait d’effectuer une visite à Dar-Es-Salam après que le Facilitateur Mkapa ait envoyé sa délégation qui l’avait rencontré ici à Bujumbura avec laquelle ils avaient discuté sur la suite du processus de dialogue inter burundais. Il a ajouté qu’après leurs discussions, il a semblé à Mkapa qu’il serait mieux de se rencontrer face à face pour pouvoir discuter des différentes questions pour faire avancer ledit processus de dialogue.
Rappelant que l’Institution de l’Ombudsman a entre autres missions, des missions de paix, des missions de réconciliation, de rapprochement des forces politiques et sociales, etc. Hon. Nduwimana a signalé que ce sont ces missions qu’il a essayé de remplir depuis le mois de mai 2017 quand il a réuni tous les acteurs politiques Burundais lors d’un café politique. Il a également organisé une retraite politique au mois de juin, il a fait un déplacement vers l’extérieur où il a rencontré à Helsinki en Finlande certains politiciens qui sont à l’extérieur, a-t-il fait savoir.
Son Excellence Edouard Nduwimana a indiqué que fort de toutes ces rencontres, Benjamin Mkapa s’est dit qu’il serait bien de le rencontrer pour qu’ils puissent échanger et que probablement leurs échanges pouvaient faire avancer le processus.
L’Ombudsman a, néanmoins, fait savoir que depuis un certain temps, il y a de l’impasse, des difficultés qui font que le processus n’avance pas comme l’avait annoncé le facilitateur qu’à partir du mois de juin, il allait clôturer le dialogue.
Selon l’Ombudsman burundais, il a exprimé au Facilitateur sa vision par rapport à ce processus et ce dernier a apprécié la démarche de l’Ombudsman de réunir les différents partenaires Burundais. Son Excellence Edouard Nduwimana a annoncé qu’il a exprimé au Facilitateur qu’il serait bel et bien que ce dialogue soit clôturé avant la fin de cette année pour qu’il n’y ait pas d’interférence avec les autres grands moments que le peuple Burundais attend notamment la révision de la Constitution ainsi que les élections de 2020.
L’Ombudsman Burundi a, à cet effet, signalé que Benjamin Mkapa a promis qu’au plus tard au mois d’octobre, il va pouvoir convoquer une session où répondront tous les acteurs et tous les partis politiques agréés pour qu’il puisse leur annoncer la formule de clôture de ce dialogue.
S’agissant de ceux qui vont répondre à cette session, l’Ombudsman a indiqué qu’il a demandé au facilitateur de faire la part des choses et de distinguer deux catégories, la 1ère étant celle des politiciens qui ne sont pas poursuivis par la justice au moment où la 2ème concerne ceux qui sont poursuivis par la justice. Pour l’Hon. Edouard Nduwimana, ces derniers sont moins nombreux par rapport à ceux qui ne sont pas poursuivis.
Pour l’Ombudsman burundais, ces politiciens qui sont poursuivis par la justice devraient plutôt être courageux et répondre à la justice et au cas échéant, demander pardon au peuple Burundais car, selon toujours lui, ils ont posé des actes criminels et responsables. C’est alors à la justice d’analyser qu’ils doivent être blanchis où condamnés, a-t-il souligné.
Rukumbi Juma